comment évaluer l'expérience utilisateur d'une interface

Comment évaluer l’expérience utilisateur d’une interface ?

10 juillet 2017

Chez Youand, nous utilisons le questionnaire AttrakDiff, développé par Marc Hassenzhal et ses équipes et mis en lumière par Carine Lallemand, pour évaluer l’expérience utilisateur et définir le taux d’utilisabilité des interfaces que nous concevons.

Avant de vous expliquer comment fonctionne cet outil, il nous semble bon de vous présenter ces deux grands noms de l’UX design !

L’expérience utilisateur selon le modèle d’Hassenzhal

Commençons par Carine Lallemand et son CV parfait. Avec deux masters en Psychologie du travail et Ergonomie et une thèse de doctorat à son actif, Carine Lallemand est une référence en design d’expérience. Chercheuse, chargée d’enseignement, mais aussi à ce jour vice-présidente du FLUPA, elle est la première à avoir traduit l’AttrakDiff de l’allemand et validé le concept pour une utilisation sur population francophone.

Quant à Marc Hassenzhal, d’ores et déjà cité dans notre article « Ergonomie, UX design et design thinking », il est également reconnu comme spécialiste du design d’expérience. Expert, à qui l’on doit le modèle de l’UX représenté par le schéma ci-dessous. Il nous y livre sa conception de l’UX selon deux perspectives : celle du designer et celle de l’utilisateur.

 l'expérience utilisateur par Marc Hassenzhal

 

Naturellement, le designer attribue des caractéristiques à l’interface qu’il conçoit : contenu, présentation, fonctionnalités, interactions… Ces caractéristiques sont bien entendu réfléchies de manière intentionnelle pour apporter de la nouveauté, générer de l’intérêt pour les futurs utilisateurs de sa création…

Cependant, Marc Hassenzhal met l’accent sur la subjectivité des objectifs visés par les designers.

Comment savoir réellement si l’utilisateur va apprécier le caractère innovant du dispositif conçu ou y trouver un quelconque intérêt ?

Avec un peu de chance, la vision du designer et celle de l’utilisateur correspondent, mais ne nous leurrons pas, la plupart du temps elles sont malheureusement plutôt en contradiction.

Constat se vérifiant de plus en plus, d’où la recrudescence soudaine des entreprises pour l’UX design.

Marc Hassenzhal établit une distinction claire entre ces deux représentations du caractère apparent de l’interface conçue.

La vision de l’utilisateur, celle qu’il faut prendre en compte avant tout, intègre deux types d’attributs :

  • Les attributs pragmatiques, relatifs au produit en lui même

Une interface pragmatique est perçue comme structurée, claire, contrôlable, efficace, pratique. Cette perception se base sur la réalisation de tâches précises.

  • Les attributs hédoniques, relatifs à soi-même

Une interface hédonique procure du plaisir, elle est originale, captivante, créative et donne une sensation de bien-être psychologique.

L’Attrakdiff, un outil UX performant

C’est en couplant ces deux attributs au sein d’un questionnaire, l’AttrakDiff, que nous sommes en mesure de calculer le taux d’utilisabilité d’une interface, taux qui se veut le plus proche possible de la réalité du terrain.

Répondre à l’AttrakDiff ne prend qu’une minute. Il se présente sous forme de paires de mots. Chaque paire représente des contrastes. Les échelons entre les deux extrémités vous permettent de décrire l’intensité de la qualité choisie.

attrakdiff outils pour tester l'expérience utilisateur

 

Passons les détails techniques et scientifiques du calcul, très bien expliqués par Carine Lallemand dans son article « AttrakDiff : une évaluation quantitative de l’UX« .

Finalement, le résultat du test permet de définir ce fameux taux d’utilisabilité.

Dans un premier temps, nos équipes d’Ergonomes et d’UX designers diffusent le test pour noter l’interface existante, et ainsi nous concentrer sur les qualités à retravailler en priorité. Puis, nous établissons un comparatif en le diffusant de nouveau après refonte.

Pour notre dernier projet en design d’expérience nous avons obtenu un taux d’utilisabilité de 90/100 sur prototype, comparé à un taux initial de 40/100 !

Efficace non ?

A savoir que cette note de 90/100 est décrochée en condition sommaire (situation contraignante sur prototype) et que nous gommons ensuite les dernières incompréhensions pour verrouiller définitivement les écrans, laissant présager un meilleur résultat sur le site final.

Finalement, le design d’expérience permet de quitter le point de vue de fonctionnement des designers pour basculer vers le point de vue d’utilisation. Essentiel pour la réussite de vos projets, il intègre également d’autres volets à ne pas négliger : plaisir, puissance fonctionnelle, adaptation au changement, accessibilité, efforts cognitifs…

D’autres sujets intéressants qui feront bien entendu l’objet d’autres discussions !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.